20 octobre 2013

Entrevue du 17.10.2013 avec Monsieur le Préfet

Une entrevue avec Monsieur le Préfet, Salvador Perez, a eu lieu le 17 octobre 2013.

La délégation de l'association BAOBAB était composée de Maud Giraud, Jean-Luc Giraud (Baobab), Laurent Herault (CFDT), Agnés Rousteau (Fédération paysanne), Armelle Godo (collectif des sans papiers), Christelle Martel(pastorale des migrants).

Ils ont présenté des dossiers et ont été écouté. Les réponses se feront dans les semaines qui viennent.

L'association BAOBAB espère que ces entrevues se poursuivront régulièrement.

Posté par graine de Baobab à 22:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Article dans le Sud-Ouest suite à la manifestation du 18 octobre 2013

Article publié le 19/10/2013 à 06h00 sur le journal Sud-Ouest.fr
Par H. R.

Indignés d’Angoulême

Une centaine de personnes ont clamé, hier, leur indignation devant l’hôtel de ville.

                                              Xavier Favre a porté la parole du comité de soutien aux sans-papiers, à Angoulême.

Xavier Favre a porté la parole du comité de soutien aux sans-papiers, à Angoulême. (photo céline levain)

« Nous sommes indignés et nous resterons indignés ! », a déclaré hier en fin d’après-midi, devant l’hôtel de ville d’Angoulême, Xavier Favre, président de Baobab, au nom du comité de soutien aux sans-papiers composé de nombreuses structures solidaires (MPP), syndicats (FSU, Sud Éducation, Solidaires, SNUIPP FSU, CGT), partis politiques (Les Verts, PCF, Parti de gauche, Lutte ouvrière).

Il y avait là aussi quelques particuliers choqués par l’expulsion de la collégienne kosovare Léonarda, pendant un trajet scolaire. Les oreilles de Manuel Valls ont encore dû chauffer.

« Que valent le respect des procédures et cette loi s’ils nous offensent ? », a-t-on entendu. Beaucoup ont dit « Merci aux lycéens (nombreux à avoir manifesté dans la région, pas en Charente). Ils donnent du cœur à notre pays. » « Rien ne peut excuser les violences policières. Pourquoi ceux qui paient leur impôt en Suisse, qui délocalisent des milliers de travailleurs, qui se livrent à la spéculation immobilière seraient-ils mieux insérer dans la société française ? », a déclaré sous les applaudissements Xavier Favre. Une documentaliste a lu le poème de Léa, 15 ans, jeune militante, adressée à Léonarda. « Comme toi, j’ai des bras, des jambes, un cœur […] Aujourd’hui, je pleure car j’ai honte d’être Léa et pas Léonarda. »

On a appris aussi que des cousins de Léonarda vivaient en Charente, « la peur au ventre ». « Nous devons prendre ici l’engagement de les protéger », a conclu Xavier Favre.

 

Posté par graine de Baobab à 22:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]