29 juillet 2010

Contre le projet de loi sur l'immigration

  • Imagine un pays où on ose nommer un ministre de l'immigration, de l'intégration et de l'identité nationale...
  • Imagine que dans ce pays, on ose contrôler dans la rue, 6 ou 8 fois plus les noirs et les arabes que les blancs…

  • Imagine que dans ce pays, on ose enfermer en zone d'attente des étrangers qui demandent protection et asile

  • Imagine que dans ce pays, on ose envoyer la police pour contrôler et arrêter les sans papiers à tout moment…

  • Imagine que dans ce pays, on ose enfermer des femmes, des hommes, des enfants, jusqu'à 32 jours, dans des camps entourés de barbelés appelés « Centres de Rétention Administrative », tout ça parce qu'ils n'ont pas de papiers…

 

tu trouverais ça INACCEPTABLE, non ? 

 

 

N’imagine plus, ce pays c’est la France

aujourd’hui !



Et maintenant :

  • Imagine que dans ce pays, on ose décider que les lois sont trop favorables aux  étrangers

  • Imagine qu’à chaque fois qu’un étranger persécuté entre sur le territoire français , on ose transformer l’endroit où il arrive en Zone d’Attente Spéciale, où il sera retenu jusqu’à ce que sa demande d’asile soit traitée…

  • Imagine qu’ on ose ne laisser, aux sans papiers, qui reçoivent une mesure d'expulsion, que 48h pour contester la décision

  • Imagine qu’on ose maintenir en rétention des sans papiers, pendant une semaine sans voir le juge des libertés et de la détention qui doit statuer sur la légalité de leur arrestation

  • Et imagine aussi qu’on ose retenir ces personnes pendant 45 jours dans un centre de rétention administrative...

  • Imagine encore qu' on ose permettre à la police de ces centres de rétention, dans certaines circonstances exceptionnelles, de ne pas notifier les droits des personnes arrêtées et placées

  • Imagine qu'on ose interdire le retour en France aux personnes expulsées pendant 3 à 5 ans, même si elles ont des enfants ou leur conjoint-e en France…

 

Ce pays, ce SERA la France après la réforme du

CESEDA (Code d’Entrée et du Séjour des Étrangers et du Droit d’Asile), prévue par Eric

Besson ,

 

si on ne se mobilise pas

 

 

NON

A CE PROJET DE LOI, STOP

AUX EXPULSIONS !

 

 

Signez la pétition  : L’appel du 18 septembre

Cliquez ici

Posté par graine de Baobab à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 juillet 2010

Convention sur les travailleurs migrants du 18 décembre 1990.

20e anniversaire

Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille

 

 

NOUS NE SOMMES PAS DES CLANDESTINS, NOUS SOMMES DES TRAVAILLEURS SANS PAPIERS EN LUTTE POUR LE DROIT AU TRAVAIL LEGAL ET LE DROIT A LA DIGNITE! 

 

 

Il y a 20 ans, l’Assemblée générale des Nations Unies adoptait la Convention sur les travailleurs migrants du 18 décembre 1990.Elle est entrée en vigueur en mars 2003. Nous estimons que ce 20e anniversaire offre à l’Union européenne une excellente occasion de se montrer fidèle à ses valeurs fondamentales et de refuser tout compromis sur les droits des travailleurs migrants.

Cette convention constitue le cadre juridique international le plus étendu pour la protection des droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille . La Convention sur les travailleurs migrants est l’un des neuf instruments fondamentaux des Nations Unies consacrés aux droits de l’homme. Elle est désormais ratifiée par 42 États et 16 autres l’ont signée et sont en train de la ratifier.

Cependant, à ce jour, aucun État membre de l’UE ne l’a signée ni ratifiée. Ce défaut de ratification remet en cause les valeurs essentielles de l’UE. Les États membres de l’Union européenne ne peuvent plus rester à la traine mais doivent faire la démonstration concrète de leur volonté d’assumer leurs responsabilités à l’égard des migrants comme ils le font depuis des décennies pour les traités internationaux protégeant d’autres groupes vulnérables tels les femmes et les enfants.

Les États membres de l’Union européenne doivent veiller à ce que les droits fondamentaux des travailleurs migrants et des membres de leur famille soient garantis. Nous appelons les 27 États membres de l’UE à ratifier cette convention internationale.


Pas de nouveaux droits

Depuis 1990, la précarisation des droits des migrants est en aggravation constante. L’Union européenne offre la libre circulation aux citoyens des Etats membres tout en durcissant, pour les autres, les règles de l’asile et du séjour ; le principe de non-discrimination inscrit dans le traité d’Amsterdam a pourtant exclu la discrimination fondée sur la nationalité.

Face à la dégradation des droits des migrants, les Nations unies ainsi que de nombreuses institutions européennes ou organisations de la société civile rappellent l’importance de la convention des Nations unies. Le gouvernement français qui prône un rôle accru des Nations unies dans les affaires internationales ne doit pas rester sourd à ces appels.

Quelles sont les raisons de l'importance de cette convention internationale?

 

  • Les travailleurs migrants ne sont pas considérés seulement comme de la main d'œuvre ou des entités économiques. Ils constituent, avec leurs familles, des entités sociales et, ont des droits, et notamment le droit au regroupement familial.

     

  • La convention reconnaît que les travailleurs migrants et les membres de leurs familles,  ne sont pas protégés. Souvent, leurs droits ne sont pas pris en considération par la législation nationale des pays d'accueil ou par l'État dont ils sont originaires. Il incombe donc à la communauté internationale, de prévoir des mesures de protection.

     

  • Elle définit pour la première fois, au plan international, le travailleur migrant, les catégories de travailleurs migrants et les membres de leur famille. Elle institue aussi des normes internationales . Ces normes serviraient à faire respecter les droits fondamentaux de l'homme pour d'autres populations migrantes vulnérables, ainsi que ceux des travailleurs migrants.

     

  • Les droits fondamentaux de l'homme s'appliquent à tous les travailleurs migrants, aussi bien à ceux qui sont en situation régulière qu'aux sans-papiers dans des  domaines juridique, politique, économique, social et culturel.

     

  • La convention internationale vise à jouer un rôle dans la prévention et l'élimination de l'exploitation de tous les travailleurs migrants et les membres de leurs familles, et notamment à mettre un terme aux mouvements illégaux et clandestins et à l'existence de travailleurs migrants en situation irrégulière ou sans papiers.

     

  • Elle s'efforce d'instaurer des normes minimales de protection pour les travailleurs migrants et les membres de leurs familles qui soient reconnues dans tous les pays.

Pour signer la pétition :

http://www.december18.net/fr/signez-la-petition

Posté par graine de Baobab à 11:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 mai 2009

tract du collectif de sans papiers d'Angoulême

CONCERNE(E)S ???

 

Quand l’ambassade m’a refusé un visa,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

 Je n’étais pas étranger(e),

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand l’OFPRA* m’a refusé la qualité de Réfugié,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas étranger(e),

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand mon logeur m’a jeté à la rue avec ma famille,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas Sans Papier,

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand un médecin m’a refusé l’accès aux soins,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas Sans Papier,

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand la préfecture m’a refusé le droit au travail pour nourrir ma famille,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas Sans Papier,

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand, pour mon travail au noir, l’employeur a refusé de me payer,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ?  -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas Sans Papier,

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand la mairie m’a refusé le droit de me marier avec un(e) français(e),

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ?  -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas Sans Papier,

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand mon voisin m’a dénoncé à la police,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas Sans Papier,

Je n’étais pas concerné(e) !

Quand un policier m’a contrôlé au faciès et raflé dans la rue,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas étranger(e),

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand, au petit matin, les gendarmes m’ont arrêté à mon domicile,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ?  -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas Sans Papier,

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand la police est venue chercher mon enfant à l’école,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas Sans Papier,

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand la société m’a traité comme un criminel pour défaut de papier,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas Sans Papier,

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand la justice m’a condamné à 32 jours d’emprisonnement dans l’un des 27 centres de rétention,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas Sans Papier,

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand

la PAF

** m’a bâillonné, attaché et jeté dans l’avion pour m’expulser,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas Sans Papier,

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Quand les autorités sont venues chercher mes parrains et mes soutiens,

Qu’as-tu dit ? Qu’as-tu fait ? -je n’ai rien dit, je n’ai rien fait

Je n’étais pas un soutien des Sans Papiers,

Je n’étais pas concerné(e) !

 

Et toi, quand ON viendra t’arrêter,

Que diras-tu ?

Que feras-tu ?

SERAS-TU CITOYEN(NE) CONCERNE(E) ?

 

 

*OFPRA : office français pour la protection des réfugiés et apatrides

** PAF : police de l'air et des frontières

 

Posté par graine de Baobab à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2009

lettre délit de solidarité

Manifeste des délinquants de la solidarité

Objectif chiffré de reconduites à la frontière pour 2010 : 28 000

Objectif chiffré d’interpellations d’aidants pour 2010 : 5 500

(Source : Loi de finances 2009)

Article L622-1 du code de l’entrée et séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA)

« Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d'un étranger en France sera punie d'un emprisonnement de cinq ans et d'une amende de 30 000 Euros. »

Le 18 février 2009, à 7 h 45 du matin, la police frappe à la porte de Monique Pouille, 59 ans, bénévole aux Restos du coeur et à l’association Terre d’errance. Depuis deux ans et demi, cette femme organise les dons de nourriture et d’habits pour les migrants qui errent autour de Calais dans l’espoir de passer en Angleterre. Elle recharge aussi leurs portables. Les policiers lui on dit : "on vient vous chercher pour vous mettre en garde à vue, pour flagrant délit d’aide aux personnes en situation irrégulière".

L'interpellation le 16 février 2009 d'Hamid, un sans papier accueilli par la communauté Emmaüs de Marseille Pointe Rouge, s'est transformée le 17 février 2009, en opération policière dans cette communauté. Ainsi, sur décision du parquet de Marseille une perquisition a eu lieu dans la dite communauté Emmaüs aux fins de recenser la présence d'éventuels compagnons sans papiers. Dans le même cadre, Kamel un responsable de la communauté a été mis en garde à vue pendant 6 heures le 17 février.

Ces faits s’ajoutent à une liste déjà longue de militants associatifs ou de citoyens ordinaires poursuivis pour avoir manifesté leur solidarité ou agi avec humanité à l’égard de migrants privés du droit au séjour. Alors demain, quels gestes du quotidien seront punis pour remplir les objectifs du Ministère de l’immigration ? Votre médecin sera-t-il interpellé pour avoir soigné un sans papier malade, ou votre facteur pour lui avoir distribué son courrier ? L’instituteur de vos enfants sera-t-il inquiété pour avoir appris à lire à un enfant dont les parents sont en situation irrégulière ?

Nous sommes tous concernés : parce qu’avant d’être « sans papiers », ces hommes, ces femmes et ces enfants sont des personnes en difficulté, isolées et démunies qui ont des droits et il est de notre devoir de citoyen de les aider dans la dignité et le respect dû à chaque être humain.

Demain, ces citoyens et associations « coupables » d'aide au séjour irrégulier pourront être condamnés plus sévèrement encore.

Dans le même temps où on a créé un véritable délit de solidarité, le silence est fait sur la situation des étrangers en France et en Europe, et sur le rôle effectif de centaines d'associations et de milliers de citoyens solidaires des étrangers en situation irrégulière.

Je déclare être l'un d'eux. je déclare avoir aidé des étrangers en situation irrégulière. je déclare avoir la ferme volonté de continuer à le faire. De même que je réclame un changement radical des politiques à l'égard des immigrés et des étrangers, je réclame le droit à la solidarité, contre la logique de l’Europe forteresse.

Alors si la solidarité devient un délit, je demande à être poursuivis pour ce délit !

NOM :______________      PRENOM :_______________

signature

Posté par graine de Baobab à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 août 2008

LES CHIFFRES DE L'IMMIGRATION

PARLONS EN !

Le coût d’une politique restrictive de l’immigration :

Il y a ces drames de l’immigration clandestine qui éclairent tragiquement le désespoir de populations qui prennent des risquent insensés pour rallier les côtes européennes par la mer. D’après l’ONG italienne « Forteresse Europe », ces traversées ont fait 12000 morts depuis 1988 et prés de 5000 disparus (2500 morts en 2007). La politique d’expulsion des sans papiers a donc un coût moral mais aussi financier :

Le coût total des expulsions en 2007 s’est élevé à 687 millions d’Euros (contre 534.6 en 2006).Un montant qui intègre le fonctionnement et l’extension des centres de rétention, les frais d’expulsion, le contrôle aux frontières et le temps passé par les fonctionnaires à poursuivre et renvoyer les sans papiers (10894 emplois à temps plein) Soit l’équivalent du budget 2007 pour la recherche dans le domaine de l’énergie (664 millions). Elle représente aussi le quart (23%) de l’aide au développement (2983 millions) (source Alternatives internationales de septembre 2007 et CADTM, comité pour l’annulation de la dette du tiers monde) ; car il faut le dire que ces dépenses pour les expulsions sont comptabilisés comme une aide au développement pour les pays tiers – aide évidemment qui ne sert pas à développer ces pays.

La directive « retour », plus connue sous le nom de la « directive de la honte », votée par les 27 pays européens le 18  juin dernier prévoit l’expulsion de près de 12 millions de personne du sol européen.

La Belgique

compte près de 11 millions d’habitants, c’est comme si on disait que tous les belges seront expulsés d’Europe parce qu’ils ne sont pas en règle administrative européenne !!

Quand l’expulsion d’un sans papiers coûte 27500€ au contribuable, le jeu en vaut-il la chandelle ?

Pour en finir avec le mythe de l’invasion :

L’Europe souhaite faire adopter un pacte autour de l’immigration et l’asile, dont le but est de contrôler l’immigration illégale et éviter des régularisations massives (voyant cela comme un appel d’air).

L’Europe accueille 1.5 millions d’étrangers (700000 si on fait le rapport entre les sortis et les entrés) dont 220 000 demandes d’asile (chiffre 2007), les étrangers en Europe correspond à 5 % de la population ; ce qui fait en moyenne pour les 27 pays, un total de 55000 entrés par an. Les USA reçoivent 500000 étrangers dont 280000 demandeurs d’asile.

Selon le HCR, les pays qui ont accueillis le plus de réfugiés dans le monde en 2007 sont le Pakistan (2 millions),

la Syrie

(1.5 millions soit l’équivalent des 27 pays européens) et l’Iran (960000).

Si nous sommes envahis, que devraient dire ces pays ?

Ce que rapporte réellement les immigrés :

Si on se base sur les derniers rapports européens, l’Europe aura besoin de sang neuf rapidement en raison de sa population vieillissante. Il suffit de prendre l’exemple de l’Espagne qui a été un des rares pays à avoir une croissance positive en raison de sa politique de régularisation  massive ; Elle a eu en 2007 une croissance de 1.6% au lieu de 0.6% sans l’apport des migrants. Cette population active, non formée par l’Espagne donc, qui n’a rien coûté en terme de formation, a permis de payer 900000 retraites, elle a rapporté à l’Etat 5000 millions d’euros et leur travail a augmenté le rente annuelle de 623 euros par habitant (une augmentation donc du PIB de 39% minimum).

Sur un calcul simple, en considérant qu’un sans papier régularisé dépenserait par jour 30€ (hébergement, nourriture, etc…) et qu’en moyenne il y a 300 000 sans papiers en France, Ils rapporteraient plus de 3 milliards en une année.

Il faut aussi savoir que ces personnes sont aussi un enrichissement pour leur pays d’origine ; ils sont l’aide au développement que les européens ne donnent pas. Au niveau mondial, les transferts des migrants atteignent 300 milliards de dollars (sans demande de remboursement), et dépassent les 104 milliards de dollars octroyés au nom de l’aide au développement (dettes que devront s’acquitter les pays tiers avec un taux de remboursement de plus de 20%).

Et on voudrait nous faire croire qu’ils sont une charge pour l’Etat !!!

Posté par graine de Baobab à 10:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Europe : la directive de la honte contre les étrangers

Réagissons !

Le mercredi 18 juin 2008 au siège du Parlement Européen à Strasbourg la directive « RETOUR », plus connue sous le nom de la "Directive de

la HONTE

", a été votée à une grande majorité. Les 27 pays européens se sont donnés une politique de collaboration commune pour régler une fois pour toute la question des réfugiés "sans papiers". Cette directive sera mise en application dans les 24 mois à venir.
La directive prévoit entre autres :
   L'expulsion de près de 12 millions de personnes du sol européen,

la Belgique

compte près de 11 millions d’habitants, c’est comme si on disait que tous les belges seront expulsés d’Europe parce qu’ils ne sont pas en règle administrative européenne !!
    La détention d’une personne dans une prison pour « illégaux » jusqu'à 18 mois. Pas besoin de prouver qu’un crime a été commis ou que quelque chose a été volé, juste parce que ses papiers ne sont pas en règle administrative, on pourra l’enfermer pendant 1 an et demi sans appel !!
    Le renforcement dans la détention des mineurs, ceci veut dire qu’on peut continuer à arrêter des enfants, même des nouveaux nés et les expulser du jour au lendemain, vers leur pays d’origine ou n’importe quel autre, avec leurs parents ou tout seuls, cela n’a aucune importance pourvu qu’ils partent !!

Une systématisation de l'interdiction du territoire de l'UE pendant cinq ans pour les personnes expulsées, soit l'exclusion et la criminalisation de ces personnes.

La détention et l'éloignement des personnes vulnérables (femmes enceintes, personnes âgées, victimes de torture,...) et il n'est plus imposé aux Etats de fournir un titre de séjour aux personnes souffrant de maladies graves,
     La directive retour marque un nouveau tournant raciste et extrême dans les politiques européennes d’immigration, criminalisant une minorité de la population sous les justifications d’une logique de peur ultra-sécuritaire, l’Europe déclare

la CHASSE OUVERTE

AUX REFUGIES SANS PAPIERS

Posté par graine de Baobab à 10:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

France : tous fiches dans le fichier EDVIGE

Un décret publié le 1er juillet 2008 au Journal officiel institue un nouveau fichier dénommé EDVIGE, organisant le fichage généralisé et systématique de « toutes personnes âgée de 13 ans et plus » « ayant sollicité, exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui joue un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». En clair, tous les citoyens ayant un jour souhaité s’investir pour leur cité.

L’enregistrement des données à caractère personnel n’a aucune limite, ni dans le temps ni dans son contenu, puisque pourront être répertoriées toutes les informations relatives aux fréquentations, au comportement, aux déplacements, à l’appartenance ethnique, à la vie sexuelle, aux opinions politiques, philosophiques et religieuses, au patrimoine, au véhicule etc….

Malgré les recommandations du Conseil de l’Europe et les nombreuses réserves de

la CNIL

 concernant ce fichier, le gouvernement fait le choix d’adopter un mode de recensement des populations particulièrement attentatoire aux libertés et au respect de la vie privée.

Cette dimension nouvelle du fichage politique introduit, au prétexte toujours bien commode de l’ordre public, un moyen puissant de dissuasion de toute forme de contestation ou d’opposition citoyenne.

Le Syndicat de la magistrature appelle à la mobilisation contre la mise en place de ce fichier d’inspiration anti-démocratique et examinera toute forme d’action juridique pour empêcher sa mise en oeuvre.

Décret n° 2008-632 du 27 juin 2008 portant création d'un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « EDVIGE »  NOR: IOCC0815681D

Posté par graine de Baobab à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2008

Communiquons

Cliquez sur la planche ci dessus, et imprimez la feuille.
Vous n'aurez plus qu'à découper les avertissements et les glisser dans vos paquets de cigarettes

clopes_stckersplqt

Posté par graine de Baobab à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 août 2007

SANS PAPIERS .... URGENCE !!!

                    SANS PAPIERS….SANS PAPIERS….

                             URGENCE !!!

Après les lois Pasqua Chevènement Debré Sarkozy, déjà inhumaines, c’est une véritable guerre qui est menée en France par le gouvernement Sarkozy/ Fillon/ Hortefeux contre les sans papiers qui sont considérés comme des criminels.

Ces nouvelles lois méconnaissent les droits fondamentaux tels que la liberté de circulation, le respect de la vie privée et familiale, la liberté de mariage. Le droit d’asile est bafoué par le refoulement de personnes qui arrivent de pays en guerre.Cette politique sert à nous faire peur pour que nous acceptions notre sort d’esclaves du travail dissimulé.

Nous sommes des femmes, des hommes, des enfants qui avons laissé notre pays parce que nous y étions obligés, jamais par plaisir. Nous venons de Guinée, du Congo, du Sénégal, d’Algérie, du Togo ou d’ailleurs…  Nous étions persécutés pour nos idées, notre religion ou notre appartenance ethnique nous rendant impossible toute vie ou survie. La misère créée par les rapports Nord-Sud nous pousse également à fuir nos pays d’origine.Nous sommes venus en France avec l’espoir d’y vivre en paix.

Nous sommes une soixantaine à vivre en Charente, certainement plus car obligés de vivre cachés. Nous risquons un contrôle, une arrestation et une détention pour défaut de papiers, une expulsion. Pour certains d’entre nous, non régularisés , nous vivons depuis des années ainsi dans une situation de non droit. Pour combien d’années encore ?

Nous attendons un permis de séjour qui nous permette de nous projeter dans l’avenir, de travailler légalement, de vivre, d’aimer, d’envoyer nos enfants à l’école dans de bonnes conditions, de participer à la vie sociale (côtiser aux systèmes de protection sociale, payer nos impôts…).En attendant, pour nous nourrir et nourrir nos familles, nous sommes obligés de travailler « au noir », exploités par des patrons qui s’enrichissent sur notre dos. Nous savons que 10% des richesses produites dans le pays proviennent du travail non déclaré par les entreprises. Notre précarité sert finalement à la précarisation de l’ensemble de la population.

POUR CELA , LE COLLECTIF DES SANS PAPIERS, membre de la Coordination Nationale des Sans Ppapiers (CNSP) ET LE COMITE DE SOUTIEN CONTINUENT DE REVENDIQUER :

  • La régularisation de tous les sans-papiers par une carte de 10 ans

  • L’abrogation des lois Pasqua –Debré –Chevènement –Sarkozy

  • l'abrogation du projet de loi d'Hortefeux

  • abrogation du ministère de l'immigration, de l'identité nationale, de l'intégration et du codéveloppement et création d'un ministère des Droits de l'Homme chargé de l'immigration

  • La fermeture des centres de rétention

  • L’arrêt des expulsions et des charters de la honte

  • La libération et régularisation des sans-papiers en prison pour défaut de papier

  • La suppression réelle de la double-peine

  • La suppression du délit de solidarité

  • Le respect du droit d’Asile

  • Le respect et l’application des droits fondamentaux

Les Sans Papiers sont sortis

de l'ombre, ils n'y retourneront pas !

Posté par graine de Baobab à 15:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

SANS PAPIERS EN DANGER

L’EUROPE SE BARRICADE !

 

 En France comme partout dans l’Europe forteresse 

 

ou même à l’extérieur de l’Europe,

 

Des enfants, des femmes, des hommes sont emprisonnés dans des camps pour étrangers appelés

 

Centres de rétention !

 

 

 

C’est toute l’Europe qui se barricade aujourd’hui au mépris des conventions internationales que ses états membres ont signées, au mépris des libertés et droits fondamentaux de chaque être humain.

 

Partout l’Europe hérisse ses frontières de barbelés et construit des camps pour les étrangers qu’elle juge indésirables.

 

 

 

Certains gouvernement européens ont été plus loin : ils ont aidé à créer des camps à l’extérieur de l’Union Européenne pour « lutter contre l'immigration clandestine » . Les gouvernements de l’union (et la France aussi) se sont réconciliés avec le régime de Khadafi pour pouvoir lui livrer , les hélicoptères et navires de guerre dont ce dernier prétend avoir besoin pour traquer les candidats à l’immigration qui transitent par son territoire…500 érythréens se trouveraient actuellement dans trois camps en Lybie où ils subissent de mauvais traitements et sont menacés de renvoi dans leur pays d'origine.

 

D’autres ont créés des murs de la honte comme à Ceuta ou à Melilla à la frontière du Maroc et de l’Espagne où les candidats à l’asile sont capturés ,maltraités, tués, refoulés et/ou expédiés dans le désert

 

 

 

Pourtant, seule une fraction infime des réfugiés dans le monde est aujourd’hui accueillie sur le territoire de l’Union Européenne : l’immense majorité des personnes qui fuient les guerres civiles, les dictatures, la misère ou la faim est « réfugiée » dans les pays du sud.

 

 

 

LA FRANCE FAIT LA CHASSE AUX SANS PAPIERS

 

Aujourd’hui nos gouvernements multiplient les enfermements pour enfoncer dans la peur et la précarité tous les candidats au séjour qui deviennent une proie facile pour les réseaux mafieux et le patronat. Un volant de main d’œuvre hyper-flexible servile et corvéable à merci, voilà ce que crée la politique d’enfermement sur le marché du travail, au détriment de l’ensemble des salariés.

 

Dans les zones d’attente, dans les centres de rétention, dans les prisons, des milliers d’enfants de femmes et d’hommes qui n’ont ni volé, ni tué, ni commis d' acte de délinquance sont enfermés pour la seule raison que l’Etat ne leur reconnaît pas le droit vivre ici !

 

Depuis 1996, des sans papiers se sont réunis en collectifs pour devenir visibles, ne pas retourner dans l'ombre et lutter pour obtenir leurs papiers; cela fait 11 ans de lutte, 11 ans que le gouvernement de l'époque a fait évacué l'église St Bernard par la force et aujourd'hui, les sans papiers tout en luttant continue à subir des violences et une non reconnaissance de leur droit de vivre dignement.

DEPUIS plus de100 JOURS, des Sans papiers occupent l'église St Paul de Massy (région parisienne) et à Lille, les grévistes de la faim depuis plus de 50 jours (collectif des sans papiers(CSP59) ont été arrêtés, subis des violences policières, évacués par la force et envoyés dans des centres de rétention éloignés (Toulouse,

Bordeaux, Rennes, Cergy Pontoise), et se sont vus refuser une prise en charge par le samu, pompiers et hopitaux .

 

REFUSONS L’EUROPE DES CAMPS, DE LA PEUR ET DE LA REPRESSION !

Posté par graine de Baobab à 15:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]